Origine d'une philosophie qui démarre dans la vigne

IMG_7776.jpg

"Ce sont dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes". L’ancien adage pourrait tout à fait s’appliquer au vin élaboré en production de vin biodynamie.

En effet, la viticulture biodynamique ne date pas d'hier. Elle n'est pas non plus un résultat des progrès scientifiques et technologiques actuels en matière de culture. La biodynamie date de l'entre deux guerres, en 1924 plus exactement, lorsque Rudolf Steiner, un scientifique et philosophe autrichien, a entrepris un grand programme de formation des agriculteurs par des préceptes découlant d’années d’observation et d’expérimentations en milieu naturel. 

Cette philosophie de vin biodynamie repose sur le fait que chaque exploitation agricole est considérée comme une forme d’organisme vivant qui a pour objectif de devenir autosuffisant. Basée sur le respect de la biodiversité, cette vision de la production agricole tend à régénérer les paysages et préserver la fertilité des sols plutôt que d'épuiser ses ressources, afin de produire une alimentation saine et durable. Au début du vingtième siècle, Steiner n’avait probablement pas inclus les exploitations en viticulture dans ses études, basées sur des exploitations d’avant-guerre, dont la plupart vivait de la plutôt de polyculture. Les domaines viticoles ont vu connaitre une progression en terme de production du vin biodynamie depuis les années 1980. Depuis grâce au progrès scientifiques, ces méthodes ne cessent d'évoluer, gardant dans ses fondements les techniques ancestrales.

Le vin en biodynamie : stimuler les forces de vie du vignoble

IMG_2738 copie.jpg

Pour produire du vin en biodynamie, les
domaines mettent la vigne au coeur de leurs priorité, un lien se crée entre vigne et vigneron. En stimulant les forces de vie de la plante, les producteurs de vin en biodynamie vous proposent une nouvelle façon de découvrir le vin, en évoquant l’influence connue de la lune sur les marées et les hommes, une volonté de réduire les doses de soufre et de cuivre, un progrès gustatif et aussi une philosophie de la vie. À noter, les préparations biodynamiques sont administrées dans des proportions très faibles sur la plante, à doses homéopathiques. 
Cette approche plus biodynamie positionne l’homme au centre de ses productions agricoles en limitant l’impact environnemental de son activité. Deux ambitions très importantes pour aller vers une agriculture biodynamie plus durable." 
 

Les vins en biodynamie : qu'est ce qu'un(e) vigneron(ne) oeuvrant en biodynamie ? 

Un vigneron biodynamique est d’abord, à coup sûr, un vigneron qui a la certification en agriculture biologique. Peu nombreux mais animés par une conviction forte, les biodynamistes vont plus loin et s’efforcent de redonner à la vigne ainsi qu'au sol un équilibre, une résistance et une vitalité déréglés par les traitements chimiques et répétés des sols et des végétaux. 

IMG_5497.jpg

Dans la vigne, le désherbage chimique est quasiment systématique en culture conventionnelle. En culture biologique et biodynamique, il est au mieux évité, afin de préserver la biodiversité dans le sol. Autre point, ils “dynamisent” la plante et son environnement par la terre et les airs, en projetant à très petites doses des préparations issues de produits naturels: fumures, bouses de vache, cornes, silice, décoctions de plantes et assemblées selon des méthodes complexes. 
Mais cela passe aussi par exemple par la récupération des eaux de pluie, utiles pour préparer les tisanes de plantes et autres décoctions. 

Pour la période de taille et autres travaux du vignoble, la biodynamie prend en compte les rythmes lunaires et planétaires, en se basant sur "le rythme sidéral", à savoir un cycle de 27,3 jours qui sépare deux passages successifs de la lune devant le même groupe d'étoiles.
Les plantes sont définies, selon leur nature, comme feuille, fruit, fleur ou racine, et certains jours sont plus favorables à la taille et aux soins pour chacune de ces quatre grandes familles. 
La biodynamie réaffirme également le travail des terres avec la non-mécanisation des tâches. Aussi le cheval de trait a fait son grand retour entres les rangs de vignes lors du temps des labours du sol dans certains domaines produisant du vin en biodynamie.

Côté traitements, seule l’utilisation du soufre et du sulfate de cuivre est possible. On remplace également les intrants de synthèse, notamment les engrais, par des préparations thérapeutiques, sur le principe de l’homéopathie. Les préparations à base d’achillée, de millefeuille, de camomille, d’ortie ou de silice (quartz) soignent la vigne pour renforcer son système immunitaire. La préparation dite de "bouse de corne", composée de bouse de vache insérée dans une corne bovine, enterrée durant l’hiver puis pulvérisée sur la vigne, soigne le sol pour favoriser son activité microbienne et la formation d'humus.

 

bottles-1864483_960_720.jpg

Côté vinification, les ajouts de composés chimiques permettant de mieux maîtriser la fermentation sont limités en culture biologique et réduits au maximum, voire interdits en biodynamie. Les fameux "sulfites" par exemple , ou ajouts de soufre, qui permettent de stabiliser le vin afin qu’il ne tourne pas au vinaigre, ne doivent pas excéder 150 milligrammes par litre de vin rouge en viticulture conventionnelle, 3 fois moins en culture en bio, et dix fois moins (moyenne sur 5 ans) en biodynamie Demeter. 

Pour découvrir la certification Demeter, n'hésitez pas à consulter notre article à ce sujet.


Lors du travail en cave, le calendrier lunaire est également pris en compte. Par exemple, le soutirage, la filtration, la mise en bouteilles n'ont lieu qu'en lune descendante, car elle est censée favoriser l’expression aromatique du vin. Concrètement, la lune descendante à un effet réducteur, soit l'inverse de l'effet oxydatif, ce qui permet de resserrer les parfums et de préserver les arômes au soutirage et à la mise en bouteille.
En finalité cette différente approche viticole et œnologique permet d'obtenir plus vin en biodynamie reflétant parfaitement la qualité des terroirs dont il est issu. 

 

Et au niveau des labels / certifications ? 

téléchargement.jpeg
3-demeter.jpg

Du côté de la certification, deux associations, Demeter et Biodyvin, contrôlent les domaines candidats et décernent le label biodynamique, plus sur la base de normes et d’un cahier des charges drastique. Pour obtenir une certification vin biodynamie, une exploitation doit précédemment obtenir le label bio AB.

Le label Biodyvin a été créé en 1995 par le Syndicat International des Vignerons en Culture Bio-dynamique (SIVCB).
A l'inverse de Demeter qui certifie des parcelles de vignes, le label Biodyvin certifie des domaines dans leur ensemble, entièrement conduits en biodynamie. Le contrôle de conformité au cahier des charges est effectué par Ecocert. En 2017, ce label certifie 122 vignerons. 
Demeter a été crée en 1932 et réunit quant à lui plus de 220 domaines sur 5500 hectares de vignes. Cette certification garantit le respect des principes biodynamiques sur les domaines agricoles et lors de la transformation des produits dans 53 pays.
Innovation récente, l’association Demeter vient de définir un cahier des charges pour la vinification : la mention Vin Demeter s’applique ainsi dès le millésime 2009 sur des cuvées qui n’ont été ni levurées, ni acidifiées, ni flash-pasteurisées… Biodyvin devrait prochainement se rallier aux critères établis par Demeter. 
Dans l'ensemble des certifications pour la production de vin biodynamie, seuls sont acceptés les domaines entièrement cultivés en biodynamie, et ceux qui s'engagent, au terme de trois années à une reconversion totale. S’en suivent la mise en place de nombreux procédés, qui visent à produire un vin de qualité en respectant le sol et la plante.

 

Quels intérêts pour l'environnement de produire le raisin en biodynamie ? 

wine-957996_960_720.jpg

Pourquoi cette volonté de travailler en biodynamie vin ?
Le domaine viticole, comme tout autre domaine agricole, est considéré comme un organisme vivant. Le sol cultivé n'est pas un simple support pour la vigne mais bien un milieu de vie, source d'énergie pour la plante tout comme son environnement aérien. 
Lorsqu'on est vigneron et qu'on cherche à produire le meilleur vin possible, plusieurs voies sont envisageables, de la plus technologique possible à la plus naturelle.
En mettant l’accent sur l’équilibre durable du système sol-culture, produire plus biodynamie permet une réduction des apports d’intrants à long terme. Ses appuis : des pratiques naturelles de fertilisation très efficaces, le respect et la sauvegarde de la biodiversité et l’optimisation de l’usage de l’eau. La prise en compte de cet équilibre entraîne aussi une meilleure capacité de résistance et des solutions aux problèmes environnementaux actuels : épisodes de sécheresse, sols appauvris, conséquences du réchauffement climatique...

La biodynamie vin demande beaucoup d’efforts aux vignerons car le chemin est semé d’obstacles: il faut réintroduire de la biodiversité, renoncer à de gros rendements, apprendre à utiliser de nouveaux traitements, adapter le travail des équipes, etc…

Mais ceux qui ont adopté ce mode de viticulture disent ne pas le regretter et même sentir la différence dans leurs vins. En biodynamie, vin et nature se complètent.