Une première fois

« Hortense, ça te va si on organise une dégustation jeudi pour que tu découvres un peu nos vins ? » « Oui oui bien sûr ! ».

Ça y est, mon stage chez PinotBleu commence !

AVANT :

Déguster du vin. Je ne sais pas trop ce que cela sous-entend. Est-ce que tout le monde peut y arriver ? Est ce qu'il faut un entraînement particulier ? Est ce qu'il faut toujours recracher ?

J’ai eu quelques expériences de dégustation auparavant, grâce à de très bons vins que mon grand-père sélectionnait pour des occasions spéciales mais jamais avec des professionnels. 

En dehors de ces rares moments, je vous avoue que ce n’est pas vraiment dans mon habitude d’apprécier un vin (déçu ?).

 J’ai toujours été impressionnée par les personnes qui utilisent des qualificatifs, des expressions entières, parfois poétiques pour parler d’un « simple jus de raisin ».  Je suis incapable d’en faire autant !

Je ne sais pas déguster mais j’adore les nouvelles expériences. Le rendez-vous est pris, jeudi 14h je rencontre Vincent, sommelier, caviste et membre de la Team qui sélectionne les vins chez PinotBleu. Un blanc, une rosé et un rouge. Joli programme !

Je n’y connais rien mais j’ai hâte d’apprendre. Et vous, êtes-vous prêts ?

APRÈS :

15h30 me voilà de retour au bureau de PinotBleu. Quelle expérience ! Je n’ai pas été déçue ! J’ai eu une dégustation comme un cours particulier, j’ai pu poser tout pleins de questions  Pas de panique ! Je ne suis pas égoïste, je vais donc vous retranscrire ce que j'ai appris.

Nous avons commencé la dégustation par un blanc, (Le Mâcon du Domaine Talmard) puis un rosé  (Grand Saint Paul, Domaine du Grand Saint Paul) et enfin un rouge (Bordelais, Château Moulin de Peyronin)

J'ai été guidée par Vincent et Valérie, une autre sélectionneuse de vin chez PinotBleu. 

La démarche de dégustation n'est pas très compliquée : il y a 3 étapes majeures qui correspondent à 3 sens différents .

La vue :

J’ai été impressionnée :  juste en observant un vin, il est possible de commencer à l’appréhender de manière intéressante.

Pour cela, il faut se placer au-dessus d’un fond clair (une feuille blanche fera parfaitement l’affaire) et pencher un peu le verre. C'est en essayant d’être le plus précis possible sur la nuance de couleur observée, qu'il est possible de déduire si le vin est jeune et même sa région d’origine.

Bien sûr, pour cela, il faut une certaine expérience.

Cependant, sur le troisième vin dégusté (le rouge), j’ai réussi non pas à trouver l’âge et la provenance, mais au moins à trouver une nuance de couleur plus précise que « rouge ». C'est déjà ça !

L’odorat : 

« Plonge vraiment ton nez dans ton verre Hortense ». Drôle d’idée. Et pourtant. Pourtant quand j’ai fait attention, une vague odeur est devenue précise : « fruits rouges » s’est affinée en « framboise ». Une simple odeur s’est transformée en plurielle.

Petite astuce: poser son verre sur une surface plate et le faire tourner permet de libérer les molécules.  J’ai vraiment vu un changement en terme d’intensité d’odeur !

 

 Le goût :

Et c’est donc après ces deux étapes que je peux (enfin) porter le verre à ma bouche.

Je ne sais pas si c’est « l’ambiance dégustation»  ou les deux étapes préparatoires qui font cela, mais le vin semble davantage se décomposer dans ma bouche qu’à l’habitude. Comme quoi, tout est possible ! 

Pour apprécier un vin en bouche, le processus est le suivant : on prend une gorgée, on fait rentrer un peu d’air en entrouvrant légèrement la bouche et en aspirant et on   « fait tourner » le vin dans toute la bouche pour qu’il touche l’ensemble de nos capteurs gustatifs.


Attention, ne croyez pas que j’ai pris la grosse tête, je ne suis pas devenue une experte ! J’ai simplement pris du temps et essayé de mettre des mots sur ce que je ressentais. Si j'ai réussi, pourquoi pas vous ?

Bien sûr, on n'enlèvera pas le fait qu'il est important de posséder un certain bagage pour associer le vin à sa région. Pour cela, il faut en  tester un certain nombre (en n’oubliant pas de recracher !) et essayer de retenir leur spécificité. Mais déjà en prenant un peu de temps pour apprécier, on peut arriver à donner des caractéristiques au vin? 

J’ai ensuite osé posé LA question qui tue : comment on associe un vin avec un plat ?

Eh oui ! Je trouve que c'est toujours compliqué ! Mais en fait, Valérie et Vincent m’ont expliquée des règles toutes simples que je vous partage :

⁃  Les plats traditionnels d’une région s’accordent avec le vin de cette région. (Cassoulet avec Cahors)

⁃  Selon les arômes : il est nécessaire de commencer par découvrir les arômes du vin et ceux du plat choisi.  Il faut ensuite essayer de les « matcher », de les associer. (Les huîtres qui sont salées, iodées, se marient bien avec un Sauvignon dans lequel on retrouve ces aspects). 

⁃  Selon la texture : il s'agit de choisir un vin qui a autant de corps que le plat dégusté.

 

 

Exemples avec les vins dégustés :
  • Le Mâcon du Domaine Talmard :

Avec un apéro ou des sushis, une petite salade au fromage de chèvre.

  • Le Grand Saint Paul :

Salade niçoise, salade Tomate-mozzarella, Grillades légères, Salade de Crevette-pamplemousse

  • Bordeaux :

Une Côte de bœuf ou une "bonne" pièce de viande, poulet basquaise. 

Cette semaine, pour m'entraîner, je vais faire un challenge :  à chaque plat que je vais manger je vais essayer d'identifier les arômes présents.  En faisant cela, j'espère acquérir des réflexes pour décomposer les saveurs. Ensuite, je pourrai transposer ces réflexes sur le vin.

Chiche de le faire avec moi ?

 


Top 5 des mots que j’ai appris :

  1. Maturité : taux de sucre présent dans les baies au moment du ramassage.
  2. Fût de chêne : tonneau en bois de chêne (Dans le processus de vinification on peut placer le vin dans un fût : l’échange entre le bois et le vin  va imprégner le vin de certains arômes)
  3. Aviner : rincer son verre pour enlever les arômes du vin précédent.
  4. Cépage : variété de raisin (chacun a une caractéristique aromatique spécifique).
  5. Chaptaliser : Rajouter du sucre dans les cuves pour augmenter le taux d’alcool (interdit dans certaines régions).

Le saviez-vous ?

⁃   Plus on va vers le soleil plus les vins ont du corps et de la puissance.

⁃   Il existe autant de variété de cépage (voire plus) que de variété de pomme de terre.

⁃   Le vin blanc s'associe très bien avec le chèvre.


 

Voilà, j'espère que ce "petit" article vous en aura appris un peu plus sur le vin et la manière de le déguster ! 

La semaine prochaine, je continue de découvrir le monde viticole : je pars à la rencontre d'un vigneron de PinotBleu ! Je suis sûre que je vais apprendre encore de nombreuses choses ! 

A la semaine prochaine !